Aimez-vous les clapiers ? Ou préférez-vous les cloaques ?

Entre autres souvenirs de mon enfance, il me revient la douce époque des lapins que nous chérissions, là où ils étaient bien logés. Mais aussi, j’ai en mémoire certains « éleveurs »qui logeaient trois ou quatre lapins dans la même cage de quarante sur quarante centimètres, voire encore plus petit. Et ces braves gens se lamentaient régulièrement de retrouver leurs lapins morts un beau matin, suite à diverses maladies. Parfois ils s’étaient dévorés parmi ou presque et en tout cas avaient dévoré leurs éventuels petits. Bel instinct — si je puis parler ainsi —pour dire nous sommes trop ! Ils n’ont jamais compris que ces pauvres bestioles ne pouvaient pas survivre à de telles conditions de logement. Ces gens-là ont fini par renoncer à ces élevages qui se transformaient en charniers.

Je ne peux pas m’empêcher de penser à tant de villes qui deviennent invivables à force de construire des logements ressemblant de plus en plus à des clapiers, visuellement et concrètement. Prenons l’exemple de la ville que je connais le mieux, puisque j’y habite. Dans les divers projets réalisés, en cours ou prévus, il y a pléthore de blocs allant jusqu’à trente étages, hauts sur pattes, parfois avec un souci totalement incohérent de ménager des « espaces » végétalisés, comme ils disent (je remarque en passant ce néologisme qui n’entre pas automatiquement dans mon traitement de texte… ), c’est-à-dire de vagues pelouses et des arbustes tristounets. Quant aux arbres, ils doivent prendre racine sur des toits d’immeubles ou de parkings… Je leur souhaite bonne chance pour y arriver.

Et après tout ça, on s’étonne que s’installe de plus en plus de violence, d’incivilités ordinaires, d’ignorance du voisin, etc.

Je pousserai plus loin la comparaison : si nous observons bien les choses, les épidémies, les pandémies qui s’installent de plus en plus souvent, le font essentiellement dans nos villes. Un bloc noir (black blok ????) de trente étages avec au mieux deux ascenseurs, un ensemble immobilier hyper-concentré, ce sont immanquablement des nids à virus divers et variés. Et nous voyons nos autorités s’escrimer à nous imposer masques, « gestes-barrière », fermetures de bistrots, sans parler de devoir signaler (donc demander une autorisation) à nos autorités lorsque nous prenons un repas (sic !) ou organisons une fête familiale ou entre amis. Monsieur le Ministre, Madame la Conseillère d’Etat, est-ce que je peux prendre mon petit-déjeuner… mon dîner… ? Bientôt il faudra aussi demander si on peut manger des épinards ou des poireaux ! Et je ne parle pas des demandes d’autorisation d’aller au lit pas tout seul ! Bon. On nous demande tout ça, mais sans se poser la question « faut-il continuer de densifier nos villes comme des malades (que nous serons tous, d’ailleurs, si nous continuons ainsi !) ? » D’autres énormes questions surgissent : se protéger en s’isolant dans nos automabulles, nos automaboules et nos autimobiles, est-ce une bonne idée ? Continuer dans le système économique actuel, est-ce une bonne idée ? Inventer le travail à domicile, au risque de mélanger vie privée et vie professionnelle, est une bonne idée ? Quel coût écologique aura l’usage immodéré de l’Internet que cela implique ? Quel ordinateur réparera la plomberie de ma maison, si besoin ?

Nos dirigeants en tout genre n’osent même penser à, envisager de, inventer AUTRE CHOSE…

Sur ce je vous invite à écouter une chanson de l’ami Bubu qui me semble cruellement d’actualité :

Bonne écoute !

On recherche : conscience

Toutes ces années, lorsque l’on posait des questions ou suggérait un autre style de vie, les gens bien en place nous traitaient de naïfs. Et maintenant que nous entrons en crise systémique profonde, ces mêmes gens rêvent de rétablir le même système. Qui est naïf ? Nous ? Ou ceux qui persistent à croire que leur truc libéral est l’unique solution ? Il faut être sacrément naïf ou complètement bouché pour ne pas voir ce qui crève les yeux : ce qui a été mis en place depuis l’ère industrielle est en train de se casser la figure. Mais — chut ! — remarquons qu’un mot reste profondément tabou : le mot décroissance. Lire la suite de « On recherche : conscience »

Revue de presse

Quelques citations, pour commencer.

De Georges Bernanos : « On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l’on n’admet pas d’abord qu’elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure. »

De Félix Leclerc : «Que pensez-vous de la civilisation ? — Ce serait une bonne chose ! »

De Belinda Cannone : « Est-il bon ce monde d’hyperconsommation et d’hyper-connectivité qu’on nous avait donné pour inéluctable – fatal, plutôt –, où l’on ne respirait plus, se logeait à l’étroit, polluait la planète, exploitait les plus pauvres, dévastait la biodiversité, épuisait les ressources… ? Voilà que le virus nous signale que le modèle est exécrable, qu’il faut regagner en souveraineté, garder la maîtrise de ce qui nous est indispensable, et revenir à l’indispensable justement, contre le gâchis généralisé. Soudain le programme – nous réformer de fond en comble – serait presque enthousiasmant. »

Lire la suite de « Revue de presse »

Poèmes pour des temps de crise (du gr. krisis, croissance, décision…)

1.- Printemps de la poésie

Nous avons cherché                                                                                                                          De quoi nous avions soif
À l’aube de ces années de dureté                                                                                                          et de peur qu’on nous prédisait.

Nous avons été réveillés
Par une voyageuse du Nord
Nos enfants ont défilé
Nous avons réalisé
Notre risque de disparaître
Il fallait du courage pour le dire…

Voilà notre soif
Et ce cri de ralliement
Qu’ont trouvé nos sœurs et frères poètes,                                                                               Courage !

Ils ne savaient pas
Combien ils étaient prophètes.                                                                                                         La grande peur dans la ville                                                                                                            est là, roulant
ses cailloux engorgés

La Terre a trouvé sa revanche
À coups d’anémones et de beau silence                                                                                            De bourgeons et d’oiseaux affairés
Et peut-être d’autres rencontres,
Celles qui renversent tout.

Nul n’est poète en son pays
Mais le prophète, la Terre et le poème                                                                                S’épuisaient à DIRE
Nous les avions muselés
Nous devrons maintenant
Trouver et DIRE le COURAGE.

Et en vivre.

2 avril 2020 – Inédit

 

II. Inco-errances

Nous nous sommes crus
Les maîtres de l’univers
Après avoir avalé deux Mondiales de suite                                                                                Nous avons voulu reconstruire
Ce le fut en nous détruisant l’âme à feu doux

Par ce feu des outrances possessives                                                                                              Et des entassements d’inutilités                                                                                                     Nous sommes devenus grenouilles,                                                                                             Puis bovidés, mais jamais échaudés,                                                                                          Sinon à petit feu.

Acheter-acheter-acheter-acheter-acheter-ach…                                                                           Qui achète, déchète
Qui cherche le progrès rencontre le régrès.
Et ceux qui le disent                                                                                                                           Sont mis sous cloche.

Nous ignorons la direction à prendre
Mais nous y allons con – sciencieusement ;
À force d’aller à tous les tournants de la Terre                                                                          Nous avons perdu le Nord
Et pris le mors aux dents. Et la mort en promotion.

C’est le grand bal des factures du monde                                                                                          Et des fractures de l’esprit
C’est la valse des auto-terreurs
C’est le tango des autimobilistes                                                                                                          Et la java des automaboules

C’est le grand rire du Menteur
Celui dont on nie l’existence, le Séparateur ;                                                                                C’est notre fruit vers eux
Le vide total que nous avons créé
S’est installé en nous.

Il paraît que nous sommes en quarantaine
Il paraît que nous sommes en Carême.                                                                                  Quelques-uns nous disent que Pâques approche                                                                       Mais certains eurent des doutes
Comme disait le camarade Matthieu.

 

 2 avril 2020 – Inédit

Courage !

Courage, ce sera le thème du Printemps de la Poésie 2020.

Courage, c’est aussi ce qu’il faudra (ou faudrait…) si l’on souhaite appliquer les dix « trucs » pour tenir le coup, comme écrivain, dans ce monde de brutes où de moins en moins de gens ouvrent un vrai livre. L’auteur de ces recommandations se nomme Dave Eggers. Et c’est Flore Vasseur qui nous les partage, dans sa remarquable chronique hebdomadaire à La Croix, le mercredi 12 février. Je les remercie tous deux, en espérant une fois ou l’autre les croiser !

Quant à appliquer tous ces « commandements », ce sera tout sauf facile. Par contre ce serait un bon moyen pour être oublié de tous ceux qui nous assiègent à coups de pub, d’impôts, de factures à « ibaniser » et autres joyeusetés. Lire la suite de « Courage ! »

Vous avez aimé rire jaune ? Vous rirez vert !

Tout Genève bruit de commentaires divers et variés à propos du bétonnage en cours et des championnats de meilleurs tronçonneurs. Le débat en cours se situe encore et toujours dans des zones peu recommandables pour la santé physique et mentale des futurs habitants, c’est-à-dire à proximité des citernes à mazout, de l’autoroute A1 et de l’aéroport. Lire la suite de « Vous avez aimé rire jaune ? Vous rirez vert ! »

Ah, ces dites “Fêtes”…

Ça commence bien : Trump joue à la ba-balle avec ses drones et ses drôles, la CGT (notamment) et Macron jouent à «Je te tiens, tu me tiens par la barbichette», Federer risque de s’intoxiquer en Australie (au fait, y va-t-il ?), François de Rome a eu un geste d’humeur (tout à fait justifié, d’ailleurs !), l’aéroport de Genève tourne à plein régime et nous, nous en dégustons les odeurs, etc. etc.

Moi, j’aimerais dire bonnes fêtes et bonne année 2020 à plein de gens, mais voilà… Qui aura le poil où je pense de prendre des vraies décisions à propos des avions, des cargos, des trains routiers, des automaboules (sic !), du plastique, de la 5G, des GAFA, j’en passe et des meilleures ? On barjaque, on batoille, on blablate, on-cause-on-cause, on s’engueule à propos de trucs prévus pour 2043 ou 2037 ou même pour 2100 (tien, pour une fois qu’on voudrait voir un petit peu plus loin que le bout de son calendrier), alors qu’au rythme où ça va, on y arrivera tous morts ou presque. Sera-ce avec un ver dans le nez ou avec une bonne cuite ? Vive notre drapeau suisse : blanc sur rouge, rien ne bouge versus rouge sur blanc, tout fout le camp.

Y’a des jours où vraiment je me demande pourquoi des gens s’obstinent à écrire des poèmes, des essais, des romans, des chansons, des musiques…

A Genève, une seule consolation : Servette FC va bien, Servette-Chênois féminin va très bien (elles sont premières, pour le moment), Genève-Servette HC va bien et Servette RC va super bien (également premiers). C’est la vie en grenat, à défaut d’autres couleurs !!

Et dire que ce site où j’écris passe par ces p… de GAFA. C’est dur d’être cohérent jusqu’au bout. Alors… que 2020 me/nous donne la capacité de trouver ou  d’inventer des cohérences.

C’est tout pour aujourd’hui.

3 janvier 2020

 

Toujours pour mieux vous servir

Pour mieux vous servir, nous vous demandons de mettre à jour votre système d’exploitation, le bien-nommé. A défaut changez carrément  d’ordinateur. N’oubliez pas de consulter régulièrement le Magasin à Pommes.

Pour mieux vous servir, tout est gratuit, vos courriels, l“Interfilet” (et ses mailles): bin oui, filet, c’est “net”, en américain ; vos envois lourds ou pas ne vous coûtent rien… pour l’instant ; on verra la facture totale d’ici dix ans.

Pour mieux nous (as-)servir, ce sont les mêmes qui nous font croire que c’est gratuit mais qui vous demandent de changer régulièrement vos bidules !

Pour mieux vous servir, je dois bien utiliser moi-même les dits bidules… Utilisons les armes qu’on nous fournit !

Pour mieux vous servir

Chères clientes, chers clients,

Pour mieux vous servir, nous sommes heureux de vous annoncer l’ouverture de notre nouveau superbe great store, magnifiquement situé entre votre autoroute préférée, toujours bien ensoleillée, et notre raffinerie pétroleuse. Ce super-market remplacera les anciens magasins environnants, quelque peu désuets et surtout trop petits, lesquels magasins étaient coincés entre école, mairie et clocher. Nous les avons fermés par souci d’économies et pour mieux vous servir.

Chères clientes, chers clients,

Pour mieux vous servir, nous sommes heureux de vous annoncer l’ouverture de notre nouveau centre postal, doté des plus fines technologies et qui nous permettra de centraliser tous nos services à la clientèle. Plus besoin désormais de vous déplacer à votre boîte aux lettres personnelle. Sur invitation, vous n’aurez qu’à vous rendre à votre agence la plus éloignée possible par vos moyens de transport habituels, afin de retirer colis et recommandés, mais aussi — nouveauté future ! — vos journaux et courriers divers.

Pour des raisons économiques que vous comprendrez bien, vos frais de déplacements ne seront pas remboursés. De plus, une taxe anti-pollution vous sera facturée. Nous vous informons également que pour toute prestation fournie par nos agentes et agents de distribution et d’expédition, un émolument sera perçu jusqu’à l’entrée en vigueur de nos nouveautés, pour mieux vous servir.
Lire la suite de « Pour mieux vous servir »

Quand l’actualité est triste…si tant est qu’elle puisse être autre.

Il y a trois ans environ, j’avais publié, chez Monographic, à Sierre, un roman épistolaire intitulé “Epîtres à Théodule”. Lettres qui se situent quelque part entre les années 400 et les années 2000. Au vu de ce qui se passe au sein de l’Eglise catholique, notamment, je voudrais rappeler une lettre, datée du 26 mars 410. Elle me paraît n’avoir (malheureusement) pas pris une ride.

26 mars 410

Me revoilà, mon cher Théodule !

 

Comment vas-tu, dans tous ces vents de tempête qui soufflent sur notre Assemblée des Saints ? Hier, pour un opuscule d’informations de nos paroisses, j’ai écrit un véritable cri du cœur, à l’égard de l’Assemblée universelle des Saints. Je t’en envoie une copie, avec juste quelques légères retouches nécessaires au contexte.

Bonne lecture et dis-moi à l’occasion ce que tu en penses… J’embrasse toute ta maisonnée.

Tancrède

Je t’aime

Cela fait pratiquement 30 ans que je suis en ministère; cela fait un peu plus du double que j’ai reçu le baptême ; cela fait plusieurs dizaines d’années que je t’aime passionnément, mon Eglise ; je t’aime parce que tu nous as été donnée, parce que tu es tellement humaine, avec tes grandeurs et tes lâchetés, tes faiblesses et ta capacité de sainteté. Je crois t’être toujours resté fidèle, même si je t’engueule souvent. Je t’aime quand tu oses te réformer et te laisser déranger par l’Evangile. Ce fut si bon, ma jeunesse éclairée par ton Concile ! Si motivant.

Ces temps, te voilà blessée profondément; attaquée de plusieurs côtés. J’ai mal à toi, mon Eglise. Mais ne crois-tu pas que tu l’as un peu cherché, par tes silences parfois, par tes condamnations souvent? Ne crois-tu pas que c’est vraiment le moment de remettre en question certaines de tes certitudes? Oui, c’est le moment.

Tu l’as cherché…

…Quand tu as traumatisé des générations de croyants avec ton obsession du « péché de la chair », provoquant ainsi cette obsession malsaine et obscène de la pureté ; malsaine, parce que la recherche de la pureté à tout prix finit par être la pire perversion qui soit, notamment eu égard à la pureté fantasmée des enfants ; obscène parce que cela confine au voyeurisme ; je n’en dirai pas plus, sinon qu’il serait bien qu’aucune vocation ne soit motivée par ce type de quête, par exemple.

Lire la suite de « Quand l’actualité est triste…si tant est qu’elle puisse être autre. »